fbpx
Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
sa.expert.consult@gmail.com

Des volcans crachent des laves glacées sur Titan, la plus grande lune de Saturne

Juin 28, 2020 | economie | 0 commentaires



Des volcans crachent des laves glacées sur Titan, la plus grande lune de Saturne

Le volcanisme n’est pas limité à la Terre et pas uniquement sous forme de laves silicatées. On trouve des volcans actifs dans bien des endroits du Système solaire et très probablement sur Titan où il prend la forme du cryovolcanisme. Les données radar de la défunte sonde Cassini viennent de le suggérer à nouveau.

Les éruptions volcaniques sont devenues familières à une large partie de l’Humanité qui peut consulter de nombreuses vidéos à leur propos grâce à l’avènement du Web il y a presque 30 ans. Même le volcanisme exotique des natrocarbonatites de l’Ol Doinyo Lengaï commence à être connu de tous. Notre Planète bleue n’est pourtant pas la seule à posséder des volcans actifs. On soupçonne fortement leur existence à la surface de Vénus et on les observe sur celle de Io, la lune soufrée et infernale de Jupiter.

Il s’agit toutefois d’un volcanisme mettant en jeu à chaque fois des émissions de laves se transformant en roches une fois refroidies. Et pourtant, depuis les observations en 1989 de la sonde Voyager 2 concernant Triton, une lune de Neptune, nous savons qu’il existe encore un autre type de volcanisme : le cryovolcanisme. Au lieu de lave, ces volcans éjectent des éléments volatils comme de l’eau, de l’ammoniac ou du méthane. Lorsque ces substances sont liquides, elles donnent alors avec ces volcans ce que l’on appelle un cryomagma mais elles peuvent aussi être sous forme de vapeur.

Nous possédons depuis d’autres observations concernant d’autres mondes dans le Système solaire où du cryovolcanisme semble à l’œuvre. L’un des plus célèbres de ces mondes est Titan, une des lunes de Saturne. Sa surface a été étudiée avec l’aide du radar à synthèse d’ouverture (RSO) équipant la sonde Cassini. Parmi les chercheurs ayant utilisé cet instrument, il y a eu notamment Rosaly Lopes, célèbre planétologue et volcanologue de la Nasa.

Une interview de Rosaly Lopes, planétologue et volcanologue au Jet Propulsion Laboratory, concernant Titan et le cryovolcanisme. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Nasa Solar System

Avant de rejoindre la mission Cassini pour étudier la géologie et l’habitabilité potentielle de Titan, en tant que membre de la mission Galileo autour de Jupiter, Rosaly Lopes a été responsable des observations en infrarouge de sa lune volcanique, Io. De 1996 à 2001 elle y a ainsi découvert 71 volcans actifs, établissant un record pour un volcanologue. On lui doit également plusieurs livres sur les volcans, dont un préfacé par Arthur Clarke lui-même.

Des caldeiras cryovolcaniques sur Titan ?

Rosaly Lopes a un jour expliqué que : « Les cryovolcans sont parmi les manifestations les plus intrigantes du Système solaire. Pour les mettre en perspective – si le Vésuve avait été un cryovolcan, sa lave aurait gelé les habitants de Pompéi. » Elle et ses collègues se sont intéressés à une région de Titan baptisée Sotra Patera (anciennement Sotra Facula), suggérant notamment qu’on y trouvait des structures pouvant s’interpréter comme la manifestation d’un cryovolcanisme, une caldeira avec un édifice volcanique appelé le Doom Mons (traduisible en français par Mont Destin ou la  montagne du Destin, une référence à l’intrigue du livre Le Seigneur des anneaux). En 2013, avec Charles A. Wood, Jani Radebaugh et d’autres chercheurs, elle avait écrit un article à ce sujet en même temps qu’une autre équipe, comme Futura l’avait indiqué dans le précédent article ci-dessous.

Aujourd’hui Wood, en poste au Planetary Science Institute et Radebaugh, à la Brigham Young University, viennent de publier un travail dans Journal of Geophysical Research : Planets où ils annoncent que des structures au pôle Nord de Titan pourraient bien être également le produit d’un cryovolcanisme. Les données radar de Cassini y montrent en effet des caractéristiques morphologiques qui sur Terre sont celles des effondrements imbriqués et des remparts surélevés propres à des cratères d’effondrement volcaniques.

Dans un communiqué du Planetary Science Institute, Charles A. Wood fait le commentaire suivant : « L’association étroite des cratères volcaniques proposés avec les lacs polaires est compatible avec une origine volcanique à travers des éruptions explosives suivies d’un effondrement, comme ceux à l’origine des maars ou des caldeiras. La fraîcheur apparente de certains cratères peut signifier que le volcanisme a été relativement récemment actif sur Titan ou même continue aujourd’hui. »

Futura a demandé l’avis de Rosaly Lopes au sujet de cette thèse et voici ce que la chercheuse nous a répondu : « C’est une idée intéressante, en fait, elle est l’objet de discussions depuis quelques années. Les arguments sont en grande partie morphologiques et je ne pense pas qu’ils soient aussi solides que ceux qui indiquent que Sotra Patera et Doom Mons sont d’origine cryovolcanique (Wood et Radebaugh ont tous deux été coauteurs de l’article au sujet de Sotra). Je suis vraiment contente que Wood et Radebaugh aient publié cela, car c’est une indication supplémentaire que le cryovolcanisme s’est produit sur Titan. Cependant, ce n’est pas une preuve de cryovolcanisme, car d’autres explications sont possibles (c’est généralement le cas pour les études morphologiques). »

Ce qu’il faut retenir

  • Au lieu de laves silicatées, les cryovolcans crachent des éléments volatils comme de l’eau, de l’ammoniac ou du méthane, sous forme généralement liquide.
  • On regroupe souvent ces éjectas sous le terme de cryomagma. Après éruption, ce cryomagma se condense sous forme solide, en raison des très basses températures des mondes glacés où on les observe, par exemple sur Triton et Encelade. 
  • Depuis des années, les données radar de la sonde Cassini suggèrent que du cryovolcanisme existe aussi sur Titan où l’on observe des structures qui font notamment penser à des caldeiras provoquées par des éruptions volcaniques explosives si l’on se réfère à des structures similaires observées sur Terre. 
  • Un cryovolcan sur Titan existerait ainsi dans la région appelée Sotra Patera et, aussi, proche du pôle Nord de Titan.

Il y aurait bien un cryovolcanisme actif sur Titan

Article de Laurent Sacco publié le 19/09/2013

Lors du European Planetary Science Congress (EPSC) de septembre 2013, la planétologue Anezina Solomonidou a présenté des résultats concernant des données enregistrées par les instruments de Cassini au fil du temps. Elles vont toujours dans le sens d’une interprétation de certaines structures à la surface de Titan comme les témoins d’un cryovolcanisme actif. Des volcans seraient probablement entrés en éruption ces dernières années.

On va bientôt fêter le centenaire de la naissance d’Haroun Tazieff, en 2014. Le célèbre volcanologue a été l’un des premiers à comprendre que les volcans n’étaient pas une maladie de peau de la Terre, mais bien une manifestation importante de la géodynamique de notre planète. La découverte de la tectonique des plaques, à laquelle il a contribué avec des missions dans la dépression de l’Afar, devait lui donner raison.

On sait maintenant que le volcanisme est très répandu dans le Système solaire. Sur Io bien sûr, mais aussi sur Mars et Vénus où l’on peut en trouver de nombreuses traces. Ce volcanisme ressemble à celui que l’on peut observer sur Terre. Mais il en existe un autre, particulièrement original, appelé cryovolcanisme.

Du cryomagma sur Encelade et Triton

Au lieu de laves silicatées, les volcans crachent des éléments volatils comme de l’eau, de l’ammoniac ou du méthane, sous forme généralement liquides On regroupe souvent ces éjectas sous le terme de cryomagma. Après éruption, ce cryomagma se condense sous forme solide, à cause des très basses températures des mondes glacés où on les observe, par exemple sur Triton et Encelade.

Cela fait des années que l’on pense observer des traces de cryovolcanisme sur Titan. L’une des régions où son existence semble très probable est Sotra Patera, anciennement appelée Sotra Facula. Sa topographie rappelle celle de l’Etna, mais aussi du volcan Kirishima au Japon.

S’il s’agit bien d’un cryovolcan, on ne connaît pas encore la nature du cryomagma qui y est associé. Plusieurs hypothèses ont été proposées, comme du polyéthylène, des paraffines, voire de l’asphalte. Mais comme on s’interroge sur les sources du méthane dans l’atmosphère de Titan puisque celui-ci devrait être rapidement détruit, il pourrait tout aussi bien s’agir de cette molécule hydrocarbonée.

Des éruptions qui modifieraient l’albédo des cryovolcans sur Titan

Selon Anezina Solomonidou et ses collègues, le Visual and Infrared Mapping Spectrometer (VIMS) de la sonde Cassini a fourni au cours des années des observations intéressantes concernant le cryovolcanisme sur Titan. Les chercheurs continuent d’étudier les données concernant l’albédo de régions comme Tui Regio, Hotei Regio et Sotra Patera.

En présentant ses derniers travaux, la planétologue a déclaré, lors du European Planetary Science Congress (EPSC) de septembre 2013 à Londres : « Nous sommes capables de pénétrer l’atmosphère de Titan avec VIMS pour voir des changements dans ses caractéristiques de surface. Fait intéressant, l’albédo de deux régions a changé avec le temps. Tui Regio s’est assombrie de 2005 à 2009, et Sotra Patera est devenue plus brillante entre 2005 et 2006 ». Pour la chercheuse, ces résultats ont des implications importantes en ce qui concerne le potentiel de Titan à soutenir de la vie, puisque les régions cryovolcaniques pourraient bien constituer des environnements qui lui soient favorables.

De fantastiques images d’éruptions cryovolcaniques, ou d’écosystèmes avec une vie étrange, pourraient bien un jour nous être fournies par de futures missions à la surface de Titan. On pense en particulier à celle utilisant une sorte de petit avion, Aviatr.

Cela vous intéressera aussi

Sur Titan, Cassini observe les dunes de Shangri-La  Entre le premier juillet 2004 et le 15 septembre 2017, la sonde Cassini a tourné autour de Saturne et de ses anneaux, bien sûr, mais aussi de ses satellites. De Titan, la plus grosse des lunes de cette planète, elle se sera approchée 127 fois, pour profiter de son assistance gravitationnelle. Au premier passage, elle a largué le module Huygens et aux suivants, elle en a scruté la surface au radar. Le 24 septembre 2016, pour le 122e survol de Titan, elle y découvrait de curieuses dunes sombres qui serpentent entre les reliefs montagneux de la région de Shangri-La. 

Intéressé par ce que vous venez de lire ?



Source link

Besoins de renseignements.

Vous désirez lancer un nouveau projet ou remettre votre site au goût du jour !

Notre équipe vous recontactera dans les plus brefs délais à près la réception de votre message, nous pourrons au mieux répondre à votre demande si vous nous décrivez votre projet le plus précisément possible.

0