fbpx
Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
sa.expert.consult@gmail.com

la France verte, seules trois régions oranges

Mai 28, 2020 | HACKING ET PARE-FEU, INTRUSION | 0 commentaires



Déconfinement du 2 juin : la France verte, seules trois régions oranges

A l’aube de la deuxième phase du déconfinement, il n’y a plus de rouge sur la carte, annonce le Premier ministre ce jeudi 28 mai. Toute la France est verte, sauf trois régions qui apparaissent en orange. Mais les parcs et jardins pourront tout de même rouvrir dans celles-ci. Découvrez le reste des annonces.

[Mise à jour du jeudi 28 mai 2020 à 18h06] C’est officiel : Edouard Philippe l’a annoncé au cours de sa prise de parole sur les modalités de mise en oeuvre de la phase 2 du déconfinement à compter du 2 juin : la France est verte, sauf trois régions qui demeurent en orange : l’Ile-de-France, la Guyane et Mayotte. “Dans ces départements, le virus circule un peu plus qu’ailleurs et des inquiétudes spécifiques demeurent, explique le Premier ministre. Le déconfinement y sera un peu plus prudent que sur le reste du territoire.” La vigilance renforcée en Ile-de-France, poursuit le ministre de la Santé Olivier Véran, s’explique par une persistance d’un taux d’incidence élevée et par un taux de patients hospitalisés en réanimation encore élevé. Si des mesures sont prises à l’échelle de la région et non des départements pour l’Ile-de-France, ajoute-t-il, c’est en raison d’une forte densité de la population dans cette région, de ses réseaux de transport et de la grande mobilité des habitants.

Le chef du gouvernement annonce également l’accélération de la réouverture des écoles et collèges dans touts les zones, la réouverture des lycées dans les départements verts, la réouverture des cafés et des bars. “Mais la limitation des regroupements à 10 personnes dans l’espace public est maintenue, le télétravail doit rester la règle, les gestes barrières doivent continuer d’être respectés.” L’accès aux boites de nuit, stades, hippodromes, et les regroupements de très larges publics de manière générale resteront interdits. Les événements culturels et sportifs dans l’espace public resteront suspendus jusqu’au 21 juin minimum. Les sports de contact restent interdits.

L’application StopCovid sera disponible à compter du 2 juin sur la base du volontariat et sera gratuite. Elle permettra d’être alerté immédiatement en cas de proximité à moins d’un mètre pendant 15 minutes dans les jours précédant le test positif d’une personne”. “Elle ne vous géolocalisera jamais. Son utilisation sera anonyme et temporaire”, promet le Premier ministre.

Au sujet de la réouverture des écoles : toutes les écoles seront ouvertes, annonce Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale. La capacité d’accueil maximale sera de 15 élèves par classe. Au niveau des collèges, l’ensemble des établissements vont rouvrir y compris en zone orange. En zone verte, cela signifie la réouverture pour les 4e et les 3e. Toutes les classes seront rouvertes en zone verte, donc, résume le ministre. En zone orange, la priorité sera donnée aux élèves de 6e et de 5e et si les conditions sont réunies, les élèves des autres niveaux pourront être accueillis. L’ensemble des lycées vont également rouvrir. En zone verte, les lycées professionnels et généraux vont rouvrir au moins sur l’un des trois niveaux, avant de pouvoir éventuellement en rouvrir d’autres si la situation le permet. En zone orange, les lycées professionnels rouvrent aussi mais accueillent en priorité les élèves de terminale et de CAP. Pour les lycées généraux, les élèves seront convoqués pour faire le point sur leur projet d’orientation et pour les élèves de terminale, sur leur suivi de Parcoursup. Concernant le baccalauréat, l’oral de français sera validé par le contrôle continu, a précisé le ministre de l’Education nationale.

Au sujet des bars, cafés et restaurants, ils pourront rouvrir dans tous les départements à compter du 2 juin avec des restrictions temporaires dans les zones oranges, annonce le Premier ministre. En Ile-de-France, à Mayotte et en Guyane, seules les terrasses pourront rouvrir. Ces restrictions seront ré-évaluées avant la date du 22 juin. Quelle que soit la zone, le protocole sanitaire sera strict : capacité maximale de 10 par table, distance minimum d’un mètre entre les tables de chaque groupe. Le port du masque sera obligatoire pour l’ensemble du personnel en salle et en cuisine et pour les clients lorsqu’ils se déplacent.

Au sujet des hébergements touristiques, ils pourront rouvrir après la 2e phase de déconfinement, après le 22 juin. Les colonies de vacances pourront rouvrir à compter du 22 juin.

La question de la réouverture des frontières européennes sera ré-évaluée à l’horizon du 15 juin. La France est favorable à une ré-ouverture des frontières à cette échéance. A l’intérieur du territoire, la règle des 100 km au-delà desquels il est interdit de circuler sans dérogation hors de son département de résidence sera levée à compter du 2 juin.

Les parcs et jardins seront ouverts dans tous le territoire. Le port du masque pourra être imposé à la demande des maires dans les espaces publics par arrêté préfectoral. Les plages, lacs et plans d’eau seront accessibles à compter du 2 juin et les musées rouverts, avec port du masque obligatoire. En zone verte, les théâtres et salles de spectacles pourront rouvrir. Les activités sportives pourront rouvrir, avec l’ouverture des gymnases, des salles de sport et des piscines (22 juin en zone orange). Les parcs de loisirs aussi, pour les activités permettant la distanciation physique, dans la limite de 5 000 personnes. La réouverture nationale des salles de cinéma se fera le 22 juin prochain.

Au sujet des vacances d’été, Edouard Philippe estime que les Français disposent d’informations leur permettant désormais d’y voir plus clair : “En Europe, les déplacements seront, je l’espère, autorisés ; les enfants pourront être inscrits en colonie de vacances et en camps de plein air”.

“En Ile-de-France, le nombre de cas baisse, sûrement, lentement, mais il reste élevé. Plus que ce que nous espérions”, avait expliqué le Premier ministre le 7 mai dernier. “Nous pouvons déconfiner mais du fait qu’il reste du virus en circulation et que cette région est évidemment très dense et peuplée, la discipline sera renforcée.” Dans les transports en commun franciliens, notamment, des règles très strictes ont été mises en œuvre à compter du 11 mai. “Je n’exclus pas que des mesures supplémentaires puissent être décidées si la distanciation physique n’était pas respectée et si la situation ne s’améliorait pas”, avait même prévenu le chef du gouvernement.

En Ile-de-France, l’accès aux transports aux transports aux heures de pointe est réservé à ceux qui peuvent fournir une attestation de l’employeur ou peuvent justifier d’un motif impérieux pour se déplacer, sous peine d’une amende de 135 euros. Aussi, le port du masque y est obligatoire.

Autre restriction en Ile-de-France : contrairement à l’ensemble du territoire, les centres commerciaux de 40 000 mètres carrés et plus ne sont pas autorisés à rouvrir à compter du 11 mai, même avec l’accord du préfet. A noter toutefois que le tribunal administratif a suspendu l’arrêté de fermeture émis par la préfecture de police en application de cette décision et que le centre commercial Beaugrenelle rouvert ses portes le 20 mai dernier. Les médiathèques, bibliothèques, petits musées, forêts et cimetières font partie des lieux publics autorisés à rouvrir à partir du 11 mai.

Les règles de déconfinement qui prévalent à Paris sont les mêmes que celles applicables dans toutes l’Ile-de-France. A savoir la réservation aux heures de pointe des transports en commun aux salariés munis d’une attestation de l’employeur ou pouvant justifier d’un motif impérieux pour se déplacer et le port du masque obligatoire dans les transports.

En matière de transports, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, avait expliqué lors de la conférence de presse du 7 mai sur le déconfinement que l’objectif était “d’augmenter l’offre de transport très rapidement et de maîtriser la demande. Dès le 11 mai, l’offre de transport de proximité augmentera avec un minimum de 50% des capacité habituelles pour atteindre 100% début juin”. En Ile-de-France, cette augmentation ira plus vite et la RATP a passé son offre à plus de 75% dès lundi 11 contre 30% le 7 mai. La fréquentation, elle, est plafonnée à 15%. “Le télétravail reste pour tous ceux qui le peuvent la règle.”

Au sujet des déplacements interrégionaux, ceux-ci resteront très fortement limités : “L’offre sera volontairement réduite. Elle doit passer de 7% le 7 mai pour les TGV Intercités à 20 à 30% le 11 mai pour atteindre maximum 40% de l’offre fin mai. La réservation sera obligatoire et l’occupation des trains plafonnée à 50% des places”. Le port du masque grand public est  obligatoire à partir de 11 ans. L’infraction à cette règle fait l’objet d’une verbalisation de 135 euros tout comme l’accès aux TGV sans réservation ou encore l’accès aux transports en commun en heure de pointe sans attestation.

A partir du 11 mai 2020, les déplacements de plus de 100 kilomètres à vol d’oiseau en dehors du département de résidence restent interdits, sauf motif professionnel ou familial impérieux. “C’est-à-dire avoir un métier qui exige la mobilité”, avait illustré Christophe Castaner lors de la conférence de presse du 7 mai, comme par exemple celui de transporteur. Pour ces métiers, qui exigent des déplacements récurrents, un justificatif de déplacement professionnel spécifique est disponible.

Le deuil ou encore l’aide à une personne vulnérable font quant à eux partie des motifs familiaux impérieux, avait précisé le ministre de l’Intérieur. Les déplacements liés à des changements de domicile ne pouvant être reportés ont également été ajoutés à la liste des motifs. Ces déplacements sont autorisés à condition de présenter une nouvelle attestation. En cas de contrôle en voiture sur un trajet de plus de 100 kilomètres en dehors du département de résidence, le conducteur devra donc présenter cette attestation, faut de quoi il s’exposera à une contravention de 135 euros. Le maintien de la fermeture des frontières nationales jusqu’au 15 juin au moins a été décidée avec préservation, toutefois, de la libre circulation des travailleurs frontaliers.

Le 11 mai, l’attestation de déplacement dérogatoire a disparu (sauf à Mayotte, où le déconfinement est repoussé) et laissé place à deux nouveaux types d’attestation : une attestation pour les déplacements de plus de 100 kilomètres, nécessaire pour les trajets de plus de 100 kilomètres à vol d’oiseau du domicile en dehors du département de résidence, et une attestation pour emprunter les transports en commun aux heures de pointe en Ile-de-France.

Le port du masque est obligatoire à partir de 11 ans dans les transports en commun dont les trains, dans les taxis, dans les VTC et dans les véhicules de covoiturage (en l’absence de barrière physique séparant le conducteur du passager) ainsi que dans les avions.

Le port du masque en entreprise n’est pas obligatoire. Sauf “lorsque certaines situations (en principe réduites au maximum par application des mesures collectives) comportent un risque non maîtrisable de rupture accidentelle de la distanciation physique (y compris par le non-respect par l’usager/salarié lui-même)”, précise le protocole national de déconfinement publié par le ministère du Travail (voir notre article pour faire un masque en tissu). Dans ce cas, et uniquement dans ce cas, des mesures complémentaires comme le port du masque “grand public” sont à mettre en place par l’employeur.

Dans les établissements scolaires, le port du masque est obligatoire pour :  

  • Les personnels (en maternelle, primaire, collège et lycée) dans toutes les situations où les règles de distanciation ne peuvent (ou risquent de ne pas) être respectées.  C’est notamment le cas des personnels intervenant auprès des plus jeunes avec lesquels la distanciation d’un mètre peut difficilement être respectée
  • Les collégiens/lycéens dans toutes les situations où les règles de distanciation ne peuvent (ou risquent de ne pas) être respectées.

Tous les commerces ont pu rouvrir à compter du lundi 11 mai, à l’exception des “lieux de convivialité” et des lieux culturels. Les cafés, bars et restaurants mais aussi les cinémas, salles de spectacle, salles des fêtes et lieux de sports sont donc restés fermés. Une exception est faite pour les “lieux culturels de proximité” qui, eux, ont été autorisés à rouvrir, dans le respect des règles sanitaires : bibliothèques, médiathèques, petits musées…. Pour connaître la liste des lieux autorisés à rouvrir dès le 11 mai, consultez notre article dédié.

C’est un déconfinement par région et non pas par département qui a été décidé par le gouvernement. Ainsi, tous les départements des quatre régions suivantes sont catégorisés en zone rouge lors de la première phase de déconfinement, qui a commencé le 11 mai : les Hauts-de-France, l’Ile-de-France, la Bourgogne Franche Comté et le Grand Est restent en rouge. Dans ces régions, des règles de déconfinement plus strictes sont aménagées. En Ile-de-France, par exemple, l’accès aux transports aux transports aux heures de pointe est réservé à ceux qui peuvent fournir une attestation de l’employeur ou peuvent justifier d’un motif impérieux pour se déplacer, avec une tolérance les premiers jours.

La carte définitive du déconfinement a été dévoilée le jeudi 7 mai. Dans les départements en vert, peu impactés par l’épidémie, le déconfinement est intervenu comme prévu à compter du lundi 11 mai. Dans ceux qui apparaissent en rouge, en revanche, le déconfinement a bien lieu à partir du 11 mai, mais de manière plus stricte (sauf à Mayotte, où le déconfinement a été repoussé). Trois critères sont utilisés pour déterminer la couleur des départements, laquelle reste rouge dès lors qu’un seul d’entre eux n’est pas validé :

  • Le taux de circulation du virus
  • Les capacités hospitalières en réanimation
  • La capacité locale de tests de détection des porteurs du virus. A noter que cet indicateur est vert pour l’ensemble des départements français sur la carte présentée le 7 mai par le ministre de la Santé Olivier Véran. Autrement dit, tous les besoins en tests estimés à compter du 11 mai sont couverts.

Une nouvelle carte sera dévoilée le jeudi 28 mai 2020 à l’occasion de la présentation par le gouvernement des modalités de mise en oeuvre de la deuxième phase de déconfinement à compter du mardi 2 juin.

la France verte, seules trois régions oranges
Carte définitive du déconfinement présentée le jeudi 7 mai. © Ministère de la Santé
Couleur attribuée par département sur la carte définitive du déconfinement dévoilée le 7 mai
DépartementCouleurDépartementCouleur
AinVertIsèreVert
AisneRougeJuraRouge
AllierVertLa RéunionVert
Alpes-de-Haute-ProvenceVertLandesVert
Alpes-MaritimesVertLoireVert
ArdècheVertLoire-AtlantiqueVert
ArdennesRougeLoiretVert
AriègeVertLoir-et-CherVert
AubeRougeLotVert
AudeVertLot-et-GaronneVert
AveyronVertLozèreVert
Bas-RhinRougeMaine-et-LoireVert
Bouches-du-RhôneVertMancheRouge
CalvadosVertMarneRouge
CantalVertMartiniqueVert
CharenteVertMayenneVert
Charente-MaritimeVertMayotteRouge
CherVertMeurthe-et-MoselleRouge
CorrèzeVertMeuseRouge
Corse-du-SudVertMorbihanVert
Côte-d’OrRougeMoselleRouge
Côtes-d’ArmorVertNièvreRouge
CreuseVertNordRouge
Deux-SèvresVertOiseVert
DordogneVertOrneVert
DoubsRougeParisRouge
DrômeVertPas-de-CalaisRouge
EssonneRougePuy-de-DômeVert
EureVertPyrénées-AtlantiquesVert
Eure-et-LoirVertPyrénées-OrientalesVert
FinistèreVertRhôneVert
GardVertSaône-et-LoireRouge
GersVertSartheVert
GirondeVertSavoieVert
GuadeloupeVertSeine-et-MarneRouge
GuyaneVertSeine-MaritimeVert
Haute-CorseVertSeine-Saint-DenisRouge
Haute-GaronneVertSommeRouge
Haute-LoireVertTarnVert
Haute-MarneRougeTarn-et-GaronneVert
Hautes-AlpesVertTerritoire de BelfortRouge
Haute-SaôneRougeVal-de-MarneRouge
Haute-SavoieVertVal-d’OiseRouge
Hautes-PyrénéesVertVarVert
Haute-VienneVertVaucluseVert
Haut-RhinRougeVendéeVert
Hauts-de-SeineRougeVienneVert
HéraultVertVosgesRouge
Ille-et-VilaineVertYonneRouge
IndreVertYvelinesRouge
Indre-et-LoireVert  

Fermés depuis le 16 mars dernier, les écoles et établissements scolaires ont rouvert progressivement, à partir du 11 mai 2020 pour les écoles maternelles et élémentaires et à partir du 18 mai 2020 pour les établissements du secondaire. Le retour à l’école se fait toutefois “sur la base du volontariat”, comme l’avait annoncé le gouvernement. Les parents souhaitant continuer de garder leurs enfants à la maison alors que leur école a rouvert peuvent bénéficier du chômage partiel durant la première phase de déconfinement. A compter du 2 juin, les parents ne peuvent plus bénéficier du chômage partiel, sauf si l’école de leur enfant est encore fermée et qu’ils ne disposent pas de mode de garde alternatif. Pour les lycées, la décision de rouvrir sera prise fin mai ; la reprise se ferait début juin et commencerait par les lycées professionnels.

Le plan de déconfinement est un plan progressif : si les mesures de confinement commencent à être levées à compter du 11 mai, le retour à la vie d’avant n’est pas pour tout de suite, a martelé l’exécutif ces dernières semaines. L’organisation de la vie quotidienne et sociale s’en trouve donc modifiée. Retrouvez-ci dessous l’infographie réalisée par le gouvernement qui résume ce qu’il est de nouveau possible de faire à partir du 11 mai et ce qui reste interdit.

la France verte, seules trois régions oranges
© Gouvernement



Source link

Besoins de renseignements.

Vous désirez lancer un nouveau projet ou remettre votre site au goût du jour !

Notre équipe vous recontactera dans les plus brefs délais à près la réception de votre message, nous pourrons au mieux répondre à votre demande si vous nous décrivez votre projet le plus précisément possible.

0