fbpx
Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
sa.expert.consult@gmail.com

le mystère des patients qui ne guérissent jamais

Mai 12, 2020 | economie | 0 commentaires



le mystère des patients qui ne guérissent jamais

Certains patients au Covid-19 restent positifs plus d’un mois après avoir guéri, ou sont ré-infectés une deuxième fois. Ils présentent d’étranges symptômes et constituent un véritable casse-tête pour les médecins qui ne savent pas s’ils restent contagieux ni comment les soigner.

Depuis quelques semaines, Benjamin Davido voit revenir ses anciens patients Covid-19 présentant de curieux symptômes. « Ils se plaignent de diarrhées, de douleurs musculaires ou articulaires, de lividoses [marbrures sur les jambes] ou de manifestions cutanées », décrit l’infectiologue qui travaille à l’Hôpital Raymond-Poincaré (Garches) en région parisienne. Ces patients, pourtant sortis guéris de son service, refont surface environ 6 semaines après avec des troubles qui n’ont rien à voir avec les symptômes respiratoires du coronavirus. Une fois sur deux, ces patients sont testés à nouveau positifs. « Il s’agit, la plupart de temps, de patients jeunes, en majorité des femmes, et ayant développé des formes plus intenses de la maladie », précise le spécialiste.

Le phénomène est encore peu connu, mais Benjamin Davido n’est pas le seul à faire face à ces malades d’un nouveau type. En Chine, où l’épidémie a commencé plus tôt que chez nous, les médecins sont aussi confrontés à des cas de personnes restant positives plus d’un mois après la fin des symptômes, ou à nouveau testées positives plusieurs semaines après être sorties de l’hôpital. À Wuhan, un patient est resté positif pendant 49 jours.

Des tests peu fiables qui causent des dégâts psychologiques

Un vrai problème pour les hôpitaux, qui n’ont le droit de laisser partir les patients guéris qu’après deux tests PCR négatifs, afin d’être sûrs qu’ils ne sont plus contagieux. Une règle qu’a abandonnée la France, car « cela aboutit à une vraie perte de chance pour les patients, déplore Benjamin Davido. On garde inutilement des patients guéris alors qu’ils pourraient bénéficier plus tôt de soins de rééducation ».

Le coût est aussi lourd psychologiquement pour des personnes restées en isolement strict pendant plusieurs semaines. Sans compter que ces derniers ne connaissent jamais le soulagement de se voir déclarés officiellement guéris.

Des morceaux de virus morts qui refont surface

Pour Benjamin Davido, il faut carrément abandonner cette politique de tests. Les tests PCR, qui reposent sur la détection du génome du virus dans les prélèvements nasopharyngés, ne disent en réalité pas grand chose sur la présence du virus dans l’organisme. « Au bout d’un certain temps, le virus va se loger dans les poumons et n’est plus détectable », explique Benjamin Davido.

Les cas de personnes détectées positives deux fois à plusieurs semaines d’intervalle seraient dues à un « relargage » de morceaux de virus morts dans l’organisme. Ce qui ne dit rien non plus sur le fait que ces personnes soient contaminantes ou pas.

« En fait, aucun test fiable ne peut le dire », résume le médecin. Pas même les tests sérologiques mesurant les anticorps et dont les résultats sont peu concluants en terme d’immunité.

Le Covid-19 pourrait devenir une maladie chronique

Mais comment expliquer que le Covid-19 produise des cas aussi étranges de rechutes ? Il est en fait probable que de nombreuses maladies jusqu’ici inexpliquées soient liées à des virus sans qu’on le sache. « Tous ces patients seraient restés inconnus sans l’épidémie de Covid-19, atteste Benjamin Davido. Dans de nombreuses maladies auto-immunes, comme le lupus ou l’arthrite réactionnelle, on ne trouve pas de cause identifiée. Parfois même les gens ne consultent jamais. Ici, parce que des patients ont été testés positifs au coronavirus, on relie leurs symptômes à ça ».

La deuxième vague tant redoutée pourrait finalement être celle de tous ces patients revenant plus tard avec des affections diverses. « Le Covid-19 pourrait devenir une maladie chronique », conclut Wang Qingshu, un médecin de l’hôpital de Wuhan.

Ce qu’il faut retenir

  • Des anciens patients atteints par le Covid-19 sont victimes de curieux symptômes environ un mois après la maladie.
  • Certains restent positifs au coronavirus pendant plusieurs semaines, sans qu’on sache s’ils sont contagieux ou pas.
  • Des maladies inexpliquées pourraient être liées à des anciennes infections par des virus sans qu’on le sache.

Covid-19 : après la disparition des symptômes, certains malades sont toujours infectés

Article de Nathalie Mayer publié le 30/03/2020

Alors que la pandémie due au coronavirus SARS-CoV-2 continue de s’étendre, les chercheurs poursuivent leurs investigations afin de mieux comprendre l’évolution de la maladie qu’il génère. Et des Chinois mettent aujourd’hui en garde : les patients apparemment guéris pourraient toujours être contagieux.

L’étude ne porte que sur 16 patients atteints de Covid-19. Des patients chinois sortis d’un hôpital de Pékin entre le 28 janvier et le 9 février 2020. Leur âge médian était de 35,5 ans et ils n’avaient été atteints que d’une forme bénigne de la maladie. Mais les chercheurs l’affirment dans un communiqué de l’American Thoracic Society : « La moitié de ces patients ont continué à éliminer le coronavirus même après la disparition des symptômes. C’est un résultat important. »

Les chercheurs précisent que les patients présentaient des symptômes de type fièvre, toux, douleurs dans le pharynx ou respiration difficile. Ils ont reçu différents traitements médicamenteux. Et si la durée moyenne des symptômes était de huit jours, la période pendant laquelle ils sont restés contagieux après la disparition de ces symptômes varie de un à huit jours. Les tests par PCR ayant continué à se révéler positifs.

Rester confiné, même après les symptômes

« Si vous aviez de légers symptômes respiratoires dus à Covid-19 et restiez à la maison afin de ne pas infecter les gens, prolongez votre quarantaine pendant deux semaines après la guérison pour vous assurer de ne pas infecter d’autres personnes », recommandent aujourd’hui les auteurs de l’étude.

Ils soulignent toutefois que leurs travaux doivent être complétés par d’autres sur un plus grand nombre de malades et sur des malades plus divers. Ils notent ainsi ignorer si de tels résultats seraient obtenus avec des patients plus gravement atteints ou plus vulnérables, des patients âgés ou dont le système immunitaire est affaibli.

Symptômes du Covid-19 : les patients sont contagieux entre 8 et 37 jours

Une nouvelle étude, parue dans The Lancet, décrit les facteurs de risques liés au Covid-19. En accord avec les précédents travaux sur le sujet, l’équipe de scientifiques chinois a identifié l’hypertension, le diabète et les maladies cardio-vasculaires comme des facteurs aggravants la maladie. Ils ont aussi étudié l’excrétion du virus dans le temps. Dans les cas les plus graves, le patient produit des virions infectieux pendant une durée médiane de 20 jours.

Article de Julie Kern paru le 10/03/2020

Quand le virus a fini sa réplication au sein de sa cellule hôte, il en sort pour en infecter d’autres. Des virions infectieux peuvent alors être excrétés de l’organisme par des voies privilégiées, comme le tractus respiratoire. Les patients sont contagieux et peuvent transmettre le virus aux autres. Dans le cas du Covid-19, la temporalité de l’excrétion du virus, encore floue, a été étudiée, parmi d’autres données, dans une étude parue dans The Lancet.

La cohorte de patients est composée de 191 malades pris en charge dans deux hôpitaux, le Jiniyntan Hospital et le Wuhan Pulmonary Hospital. Ils présentaient tous une forme sévère de la maladie Covid-19 nécessitant un suivi constant. Dans le temps de l’étude, 137 ont survécu et 54 sont décédés.

Les patients ayant survécu ont excrété des virions de Sars-CoV-2 pendant une durée médiane de 20 jours après le début de la maladie. Les données s’échelonnent de 8 jours, pour la durée d’excrétion la plus faible, à 37 jours pour la plus élevée. Les patients décédés étaient contagieux jusqu’à leur mort.

Un traitement qui n’empêche pas l’excrétion du virus du Covid-19

Les scientifiques mettent en lumière un autre paramètre. Les traitements administrés aux patients ne diminuent pas la durée médiane de l’excrétion du virus. À défaut d’un traitement spécifique au coronavirus, 29 patients de la cohorte ont été traités au Lopinavir/Ritonavir, un antirétroviral utilisé pour le VIH. Il cible une protéase virale qui, lorsqu’elle est inhibée, empêche la réplication du virus. Pour ces patients, la durée médiane de l’excrétion virale est de 22 jours après l’apparition des symptômes.

La durée de l’excrétion virale ne devrait pas être confondue avec des mesures d’isolement pour les personnes exposées au Covid-19 mais sans symptômes

Dans un communiqué de presse, le professeur Bin Cao, coauteur de l’étude, souligne que « nous devons préciser que la durée de l’excrétion virale ne devrait pas être confondue avec des mesures d’isolement pour les personnes exposées au Covid-19 mais sans symptômes, car cette mesure est basée sur le temps d’incubation du virus ». Il préconise aussi de laisser partir de l’hôpital uniquement les patients négatifs au test de dépistage après leur guérison.

Si ces résultats donnent un premier aperçu sur la durée de l’excrétion du virus par un malade, les auteurs de l’étude soulignent tout de même que leurs données ont été limitées par des problèmes de détection du matériel génétique du coronavirus dans les échantillons respiratoires, eux aussi rares.

Symptômes du Covid-19 : le diabète et l’hypertension comme facteurs aggravants

Article publié le 13 février 2020 par Julie Kern

Une nouvelle étude affine nos connaissances sur les symptômes provoqués par l’épidémie de Covid-19 qui touche 60.349 personnes dans 28 pays dans le monde. Elle met aussi en lumière la présence de facteurs aggravants dans les cas les plus sévères.

À la fin du mois de janvier, une première publication décrivait les symptômes de 41 patients au début de l’épidémie de Covid-19. Bien que petit, cet échantillon a permis de décrire les symptômes phares du coronavirus comme la fièvre, la toux et une fatigue anormale.

Au début du mois de février, une nouvelle étude est parue, comprenant cette fois 1.099 patients venus consulter à l’hôpital pour une pneumopathie à l’origine inconnue. La présence du virus a été confirmée par une analyse RT-PCR. Cette étude n’est pas publiée pour le moment dans une revue scientifique classique, mais disponible sur Medrvix. Elle n’a donc pas été relue par un comité de scientifiques.

Que nous apprend cette nouvelle étude sur les symptômes causés par Covid-19 ?

Les symptômes caractéristiques causés par Covid-19

Dans les grandes lignes, cette étude confirme les symptômes précédents. L’âge médian des patients étudiés est de 47 ans. La proportion de femme est de 41,8 %, un chiffre plus élevé que dans la première étude qui comprenait 27 % de femme. Un biais sûrement dû à la petite taille de l’échantillon. La durée médiane d’incubation est de trois jours bien qu’elle puisse s’étendre jusqu’à 24 jours.

Les trois grands symptômes du Covid-19 sont une température corporelle supérieure à 38 °C (87,9 % des patients), des quintes de toux (67,7 %) et une fatigue importante (38,1 %). Dans 79,1 % des cas, le coronavirus dégénère vers une pneumonie. Les patients dont l’état se dégrade sont alors transférés en soin intensif. Le coronavirus évolue vite, la pneumonie peut apparaître seulement trois jours après le premier diagnostic. Les cas sévères représentent 18,7 % des patients pris en compte dans cette étude.

Les examens sanguins et thoraciques montrent que 82,1 % des patients ont une leucopénie et une affection pulmonaire visible au scanner thoracique dans 76,4 % des cas.

Le diabète, l’hypertension et le tabagisme peuvent aggraver la maladie du coronavirus

Quand on se penche sur les patients dans un état critique, deux maladies très courantes semblent aggraver l’infection à Covid-19. La première est l’hypertension puisque 23,7 % des patients dans un état critique en souffrent. En deuxième position vient le diabète, sans qu’une distinction de type ne soit faite, qui touche 16,2 % des cas les plus graves.

De mauvaises habitudes de vie, comme le tabagisme, peuvent aussi jouer un rôle. Si 85,6 % des patients infectés sont non-fumeur, 16,9 % des cas sévères ont déclaré consommer du tabac (contre 11,8 % des cas moins sévères).

Il n’y a pas encore de traitement spécifique pour lutter contre Covid-19. Les médecins essaient donc de combattre le coronavirus avec des traitements déjà existants. Les patients admis à l’hôpital se voient administrer des antibiotiques en intraveineuse (57,5 % des cas), prescrire de l’oseltamivir, un antiviral à prendre par voie orale (35,8 % des cas), et des corticoïdes (18,6 % des cas). Ce protocole est accompagné d’une oxygénothérapie et d’une ventilation non invasive pour les patients les plus gravement touchés.

Est-ce efficace ? Difficile à dire car pratiquement tous les patients sont restés à l’hôpital durant le temps de l’étude. Seuls 55 patients sur les 1.099 considérés ont pu rentrer chez eux.

Symptômes et diagnostic du coronavirus de Chine : ce qu’il faut savoir

Article publié le 27 janvier 2020 par Julie Kern

Vendredi 24 janvier 2020, les deux premières études scientifiques décrivant les symptômes d’une quarantaine de patients infectés par le coronavirus de Chine sont parues. Elles font état des symptômes les plus courants mais aussi des complications liées au virus chinois.

Au 27 janvier 2020, l’épidémie provoquée par le coronavirus de Wuhan ne cesse de s’étendre. Il a infecté 2.794 personnes dans 15 pays, dont la France. Parmi les personnes prises en charge dans les hôpitaux, 80 sont mortes. Pour la première fois depuis le début de l’épidémie, des scientifiques chinois ont décrit précisément les symptômes cliniques pour 41 patients dans une publication parue dans la revue médicale The Lancet. Mais quels sont les symptômes annonciateurs de l’infection ?

Fièvre et toux, les symptômes les plus communs causés par le coronavirus de Wuhan

Les 41 patients examinés dans cette étude ont été admis à l’hôpital avec des symptômes plutôt fréquents des maladies respiratoires, c’est-à-dire une fièvre supérieure à 38,1 °C (98 % des patients), des quintes de toux (76 % des patients) et enfin une grande fatigue ou une myalgie (44 % des patients). Si les symptômes ressemblent grandement à ceux du SRAS, 2019-nCoV provoque des diarrhées que dans des rares cas : 3 % des patients contre 20-25 % pour l’agent étiologique du SRAS. La dyspnée (55 % des patients) apparaît après huit jours et constitue la première complication sévère de la maladie.

La grande majorité des patients (73 %) sont des hommes adultes. Aucun enfant ou adolescent n’a été examiné dans le cadre de cette étude. L’âge médian des patients est 49 ans et 66 % d’entre eux fréquentaient le marché de la mer de Wuhan, fermé depuis le 1er janvier.

Lors de leur prise en charge à l’hôpital, les patients ont passé un scanner thoracique (précisément un CAT-scan). Dans tous les cas, les images montrent des poumons anormaux. Pour les plus graves, les médecins ont observé des nodules bilatéraux ainsi que des zones où le tissu pulmonaire est comprimé par la présence de liquide.

Pour attester de la présence de 2019-nCoV dans l’organisme des patients, les médecins ont effectué plusieurs examens.

Diagnostic de l’infection par le coronavirus de Wuhan

Pour savoir si tout cela était bien lié à la présence du coronavirus, les scientifiques ont recherché la présence de son génome, à savoir un ARN simple-brin de polarité positive, dans le plasma des patients par RT-PCR. Le génome viral a été identifié dans 15 % des patients examinés. Néanmoins, ils n’ont pas recherché de particules virales infectieuses dans le sang, ce test n’est donc pas une virémie.

Une deuxième étude analyse plus finement les effets du virus sur les cellules épithéliales de la muqueuse respiratoire in vitro. Le virus a été isolé à partir des échantillons de lavage broncho-alvéolaire pour ensuite infecter des cellules épithéliales en culture.

Les effets cytopathiques apparaissent 96 heures après l’infection par le coronavirus de Wuhan. Les cellules épithéliales infectées démontrent une fréquence plus basse des battements de leurs cils. Ces cellules épithéliales assurent la protection de la muqueuse respiratoire notamment en évacuant le mucus infecté lors de la toux. Dans de nombreuses maladies respiratoires, et lors d’une infection par le coronavirus de Chine, l’épuration du mucus par les voies aériennes est perturbée par la diminution de l’activité ciliaire des cellules. 

Les études présentées ici ne sont qu’un premier aperçu de la physiopathologie de la pneumopathie due à 2019-nCoV. Les 41 cas étudiés ne suffisent pas pour comprendre tous les paramètres de cette nouvelle maladie. Parmi eux, six sont morts après leur hospitalisation, faisant du coronavirus de Wuhan une menace sérieuse.

Cela vous intéressera aussi

Chloroquine et COVID19 : que faut-il en penser ?  La chloroquine suscite l’engouement dans la population après les communications peu précautionneuses d’une équipe de recherche Marseillaise. Cependant, il faut faire preuve de prudence. L’ensemble de la communauté scientifique critique et appelle à la retenue quant à l’interprétation des résultats de cette étude. 

Intéressé par ce que vous venez de lire ?



Source link

Besoins de renseignements.

Vous désirez lancer un nouveau projet ou remettre votre site au goût du jour !

Notre équipe vous recontactera dans les plus brefs délais à près la réception de votre message, nous pourrons au mieux répondre à votre demande si vous nous décrivez votre projet le plus précisément possible.

0