fbpx
Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
sa.expert.consult@gmail.com

le Pentagone publie les rapports sur les phénomènes aériens inexpliqués

Mai 18, 2020 | economie | 0 commentaires



le Pentagone publie les rapports sur les phénomènes aériens inexpliqués

Dans le cadre de la loi américaine sur la liberté de l’information, l’U.S. Navy a été contrainte de rendre publics huit rapports d’incidents entre ses pilotes et des phénomènes aériens non identifiés. Pas de soucoupe volante, mais pour l’un des espaces aériens les mieux surveillés au monde, l’existence de ces phénomènes récurrents aériens non identifiés est un sujet de préoccupation majeure.

Aux États-Unis, la loi sur la liberté de l’information, datant de 1966, oblige les agences fédérales et les forces armées à déclassifier et à transmettre leurs documents à tout citoyen américain qui en fait la demande. Cette liberté est toutefois restreinte par différents critères, dont la mise en danger de la sécurité nationale, pour empêcher la publication de ces documents. Dans les faits, obtenir des documents sensibles, demande beaucoup de patience tant la demande s’apparente à un parcours de longue haleine et une course d’obstacles.

Mais, à force de persévérance, des citoyens américains ont contraint le département de la Défense à rendre public de nombreux dossiers, dont des photos et des vidéos qui traitent des phénomènes aériens non identifiés et plus communément appelés Ovni. Il ne s’agit évidemment pas nécessairement d’extraterrestres dans ces documents en question.

Seulement quelques jours après que le Pentagone a déclassifié trois vidéos de l’U.S. Navy, cette dernière a rendu publics huit rapports de rencontre de ses pilotes avec des phénomènes aériens non identifiés en plein vol, sur la côte est des États-Unis.

Pas de soucoupes volantes extraterrestres

Sept d’entre eux impliquent des Super Hornets F / A-18E / F et se sont produits à différents moments entre 2013 et 2014 au large des côtes de la Virginie et de la Caroline du Nord. Le huitième incident a eu lieu en 2019 et impliquait un avion de guerre électronique Boeing EA-18G Growler volant au large de la côte du Maryland.

Sans surprise, aucun de ses huit rapports, disponibles sur de nombreux sites Internet, ne met en évidence l’existence de soucoupes volantes ou d’une quelconque technologie extraterrestre. Cela dit, l’existence encore aujourd’hui de phénomènes aériens inexpliqués est tout de même un sujet d’inquiétude au sein du gouvernement américain et une préoccupation de sécurité nationale beaucoup plus grande qu’il n’y paraît à première vue pour l’U.S. Air Force, en charge de la défense aérienne des États-Unis.

Ce qu’il faut retenir

  • L’U.S. Navy a officiellement confirmé l’au­then­ti­cité de trois vidéos montrant des objets volants non iden­ti­fiés.
  • Ces vidéos ont été enregistrées en 2014 et 2015 par des pilotes de la marine.
  • Les manœuvres réalisées par ces objets sont incompatibles avec les capacités des véhicules volants connus.

Ovni : le Pentagone rend publiques trois vidéos de « phénomènes aériens non identifiés »

Article de Rémy Decourt publié le 30/04/2020

Le Pentagone a déclassifié trois vidéos de l’U.S. Navy, déjà rendues publiques, montrant ce qui semble être des objets volants non identifiés. Une initiative qui ne correspond à aucune logique, si ce n’est de rappeler à tout un chacun l’existence de phénomènes aériens toujours inexplicables !

Le Pentagone a diffusé le 27 avril trois vidéos de l’U.S. Navy qui avaient été rendues publiques en septembre 2019 par l’organisation TTSA (To The Stars Academy) de recherche sur les Ovni de Tom DeLonge, ancien chanteur de Blink-182. Ces vidéos, toutes acquises par des pilotes de l’U.S Navy en vol, les montraient confrontés à des objets volants non identifiés, à plusieurs reprises, réalisant des manœuvres incompatibles avec les performances de tous les engins volants connus (accélérations, arrêts brutaux, virages instantanés).

À l’époque, l’U.S Navy avait été contrainte par une loi américaine sur la liberté d’information de s’expliquer sur ces vidéos. Le 10 septembre 2019, son porte-parole, Joseph Gradi­sher, a admis que le « phénomène montré dans ces vidéos n’est pas identifié » et reconnu qu’il s’agit « d’objets inconnus violant l’espace aérien américain ». Mais, plutôt que de parler d’objets volants non identifiés (Ovni), la marine américaine a préféré utiliser les termes moins polémiques de « phénomènes aériens non identifiés ».

Les phénomènes aériens observés dans les vidéos restent caractérisés comme « non identifiés ». © U.S. Navy

Des phénomènes aériens bien réels mais inexplicables

Aujourd’hui, le Pentagone justifie son initiative de « transparence » pour couper court à « toutes les idées fausses qui circulent sur les Ovni » explique la porte-parole du Pentagone Sue Gough. Comme l’U.S Navy, après enquête le Pentagone a reconnu que les phénomènes aériens vus sur ces images étaient classés comme non identifiés. On se demande bien comment il aurait été possible de les expliquer différemment sans admettre l’existence d’une technologie supérieure aux capacités militaires américaines !

« Après une analyse minutieuse, nous avons estimé que le partage autorisé de ces vidéos ne révèle aucun système ou aucune capacité sensibles et n’a pas d’effet sur d’éventuelles investigations à venir au sujet d’incursions de phénomènes aériens non identifiés dans l’espace aérien militaire », conclut Sue Gough.

Ovni : l’U.S. Navy dévoile des vidéos de « phénomènes aériens non identifiés »

Article de Rémy Decourt publié le 21/09/2019

Alors que plus de 2 millions de personnes veulent forcer l’entrée de la zone 51 aux États-Unis ce week-end, l’U.S. Navy a confirmé offi­ciel­le­ment le 10 septembre l’au­then­ti­cité de trois vidéos montrant des objets volants non iden­ti­fiés. Ces vidéos, acquises en vol par des pilotes américains avaient été rendues publiques par l’or­ga­ni­sa­tion TTSA (To The Stars Academy) de recherche sur les Ovni de Tom DeLonge, ancien chan­teur de Blink-182. 

En novembre 2014 et en janvier 2015, au large des côtes de San Diego et de Jacksonville, des pilotes de la marine américaine, à bord d’avions de chasse, ont été confrontés à des objets volants non identifiés à plusieurs reprises réalisant des manœuvres incompatibles avec les performances de tous les engins volants connus (accélérations, arrêts brutaux, virages instantanés).

Les enregistrements réalisés lors de ces vols montrent clairement la présence de struc­tures volantes se déplaçant à très grandes vitesses et l’on peut entendre l’étonnement et la surprise des pilotes face à ces objets aux performances inenvisageables, et surtout leur incapacité à déterminer leur origine.

Ces enre­gis­tre­ments avaient été rendus publics deux ans plus tard par TTSA (To The Stars Academy), l’or­ga­ni­sa­tion de recherche sur les Ovni de Tom DeLonge, ancien chan­teur de Blink-182. Ils avaient également fait l’objet d’une couverture médiatique aux États-Unis. À l’époque, l’U.S. Navy parlait de drones et de ballons (certainement une version plus moderne du ballon météo de Roswell !) pour expliquer leur présence.

L’U.S. Navy se veut pragmatique et admet, enfin, l’évidence 

Mais, contrainte par la loi américaine sur la liberté d’information, l’U.S. Navy a dû apporter des explications plus convaincantes et sérieuses. Le 10 septembre, son porte-parole, Joseph Gradi­sher, a admis que le « phéno­mène montré dans ces vidéos n’est pas iden­ti­fié » et reconnu qu’il s’agit « d’objets inconnus violant l’espace aérien américain ». Mais, plutôt que de parler d’objets volants non identifiés (Ovni), la marine américaine a préféré utiliser les termes moins polémiques de « Phénomènes aériens non identifiés ».

Cette annonce a agréablement surpris la communauté ufologique mondiale, saluant la déclaration de l’U.S. Navy, rompant de fait avec la position officielle du gouvernement des États-Unis qui n’a jamais souhaité reconnaître de tels « phénomènes » en utilisant les termes aussi précis employés par l’U.S. Navy.

Cela dit, si l’au­then­ti­cité des images a pour la première fois été attes­tée officiellement, elles n’indiquent en rien une origine extraterrestre. En effet, ces objets peuvent aussi évoquer des drones mili­taires très avancés qui a priori ne seraient pas américains.

Cela vous intéressera aussi

Quel est cet ovni filmé depuis l’ISS ?  Régulièrement, les caméras de la Station spatiale internationale (ISS) filment des objets volants non identifiés, alias ovnis. Satellites, débris ou étages de lanceurs, quand ce ne sont pas de simples reflets dans les vitres : ces images font le bonheur des ufologues. Ici, on voit un objet allant dans le même sens que l’ISS, un peu plus bas et (logiquement) un peu plus rapide. Rêvons un peu. 

Intéressé par ce que vous venez de lire ?



Source link

Besoins de renseignements.

Vous désirez lancer un nouveau projet ou remettre votre site au goût du jour !

Notre équipe vous recontactera dans les plus brefs délais à près la réception de votre message, nous pourrons au mieux répondre à votre demande si vous nous décrivez votre projet le plus précisément possible.

0