fbpx
Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
sa.expert.consult@gmail.com

Les Intel Comet Lake-S viennent ferrailler avec les Ryzen 9 d’AMD

Mai 6, 2020 | Web | 0 commentaires


La srie Comet Lake-S de 10e gnration d’Intel permet de dsactiver l’hyperthreading par coeur, afin de couper l’alimentation inutile et de pousser les autres coeurs en mode turbo plus longtemps.

Les derniers processeurs pour PC de bureau Comet Lake S (10e génération) d’Intel résolvent les problèmes d’hyperthreading qui sévissaient sur les puces précédentes du fondeur, avec une seule innovation : la possibilité d’activer et de désactiver l’hyperthreading par cœur. La plus rapide des 32 dernières puces pousse la vitesse d’horloge jusqu’à 5,3 GHz, bien que cela soit spécifique à un seul noyau. Intel se vante que le Core i9-10900K à 10 cœurs et 20 threads sera le processeur de gaming le plus rapide du monde, une affirmation qui restera à confirmer. Deux dérivés d’Intel sont également proposés : des pièces spécifiques de la série F qui n’ont pas de cœurs GPU intégrés, ainsi que dix puces 35 watts de la série T optimisées pour des conceptions de petite taille.

Bien que les vitesses d’horloge de base semblent globalement plus élevées que celles proposées dans les puces Coffee Lake-R il y a un an, il ne faut cependant pas se laisser tromper par la nomenclature de 10e génération. Il s’agit toujours de composants gravés en 14 nm, avec le même GPU intégré UHD 630 que la génération précédente. La Comet Lake S aura également besoin de cartes mères avec socket LGA 1200 pour tenir la consommation qui a atteint 125 watts.

Les performances prometteuses d’Intel augmentent considérablement lorsque le Comet Lake est comparé au Coffee Lake de la 9e génération, et nettement plus par rapport à un PC plus ancien.  La vraie question, bien sûr, est de savoir si les puces Comet Lake seront capables de surpasser la puce pour PC de bureau Ryzen 9 3950X à 16 cœurs d’AMD et ses homologues Threadripper, à 32 cœurs (3970X) et 64 cœurs (3990X). Il n’est pas surprenant qu’Intel mette l’accent sur la nécessité de performances à un seul cœur, son domaine de compétence traditionnel.

Faire mieux qu’AMD

Brandt Guttridge, directeur marketing produits pour les ordinateurs de bureau et les stations de travail chez Intel a expliqué à nos confrère d’IDG que le fondeur cherche à améliorer la vitesse d’horloge et les performances pour des cas concrets. Sans le dire, Intel semble vouloir essayer de minimiser son désavantage en multicoeurs par rapport à Ryzen, tout en maximisant la fréquence de Comet Lake en mode turbo pour monter les performances.

Le Core i9-10900K est proposé au même prix que le Core i9-9900K : 480 €HT, mais les 252 €HT qu’Intel facture pour le Core i5-10600K 6 cœurs et 12 threads peuvent attirer davantage les acheteurs. A noter que la consommation électrique de beaucoup de ces dernières puces atteint désormais 125 watts, contre 95 watts pour la 9e génération. A titre de comparaison, les Ryzen 9 3950X et 3900X d’AMD consomment 105 watts, et sont vendus respectivement à plus de 655 €HT et 368 €HT sur Amazon.

Plusieurs processeurs déverrouillés

Intel continuera à vendre des versions de la série F des processeurs Comet Lake. Les puces de la série F sont livrées avec la partie graphique désactivée, ce qui oblige les clients à utiliser un GPU discret à la place. 

Ci-dessous, les 17 puces Core i9, Core i7, Core i5 et Core i3 Comet Lake d’Intel sont détaillées. Plusieurs sont déverrouillées (annotées avec un K à la fin de leur numéro), ce qui permet aux overclockers de pousser les vitesses d’horloge encore plus loin. Selon M. Guttridge, Intel vend entre quatre et cinq millions de processeurs débloqués par an, « une part assez importante de notre marché global ».

Les Intel Comet Lake-S viennent ferrailler avec les Ryzen 9 d'AMD

Les Intel Comet Lake-S viennent ferrailler avec les Ryzen 9 d'AMD

(Crédit : Intel)

Intel fournit désormais beaucoup plus d’informations sur les capacités de turbo de ses puces. Dans cette dernière génération, Intel a migré vers la technologie Turbo Boost Max 3.0, lancée en 2016 dans un processeur de gaming Broadwell-E à 1 260 €HT, puis avec les Cascade Lake-X. Dans ces deux familles de puces, Turbo Boost Max Technology 3.0 se focalise sur un seul noyau « privilégié » qu’il savait pouvoir overclocker en toute sécurité. Dans la famille des puces Comet Lake, la même technologie ne sélectionne pas un, mais deux noyaux privilégiés sans augmentation de la tension appliquée, indique M. Guttridge.

De même, les puces haut de gamme prennent en charge la fonction Thermal Velocity Boost (TVB), que l’on retrouve également dans les récentes puces mobiles Comet Lake-H. Dans chacune d’entre elles, la TVB fonctionne avec des capteurs thermiques situés ailleurs dans le système pour atteindre 200 MHz de vitesse supplémentaire si le système peut l’accueillir, jusqu’à 70 degrés centigrades. Cependant, à partir du Core i5 ou inférieur, toutes ces capacités turbo disparaissent.

Un représentant d’Intel a déclaré que le cœur graphique UHD630 fonctionne à 350 MHz, en passant à 1,2 GHz si nécessaire. Les exceptions se trouvent dans certains processeurs Core i5, où la vitesse de boost dynamique chute légèrement à 1,15 GHz ou 1,10 GHz.

Les Intel Comet Lake-S viennent ferrailler avec les Ryzen 9 d'AMD

Les composants Comet Lake bas de gamme pour ordinateur de bureau d’Intel. (Crédit : Intel)

Intel propose également quelques processeurs à 58 watts, moins chers, composés de la famille des Pentium Gold. Seules les puces Celeron bas de gamme manquent d’hyperfixation. Enfin, Intel proposera également un certain nombre de puces Comet Lake de série T, probablement pour les NUC et autres appareils de petite taille. Ces puces de 35 watts comprennent un modèle Core i7 et même un Core i9, ainsi que certains des avantages turbo qu’offrent les autres puces, mais dont le prix devient tout de suite moins abordable que les autres.

Les Intel Comet Lake-S viennent ferrailler avec les Ryzen 9 d'AMD

Les puces de la série T de Comet Lake consomment moins d’énergie et sont conçues pour des systèmes à facteur de forme réduit et autres systèmes à espace restreint. (Crédit : Intel)

Estimation des performances du lac Comet par Intel

En termes de performances, Intel n’a pas peur des récentes annonces d’AMD. Quand le fondeur dit que le Core i9-10900K est le « processeur de jeu le plus rapide au monde », il inclut bien le Ryzen 3950X. Dans une note de bas de page jointe à sa présentation, Intel indique que tous les systèmes ont été configurés de manière identique, sans que soit mentionné le chipset utilisé par Intel. « [La] 10ème génération de Core Intel i9-10900K a obtenu de meilleurs résultats sur la majorité des 25 jeux vidéos testés », affirme Intel, dont Assassin’s Creed : Odyssey ; Far Cry : New Dawn ; Hitman 2 ; Shadow of the Tomb Raider ; etc.

Depuis environ un an, Intel a mis AMD au défi d’utiliser des mesures de performances réelles plutôt que des benchmarks artificiels. C’est également le cas ici : Intel a sélectionné un certain nombre de jeux différents et a comparé ses nouvelles puces Comet Lake avec la génération précédente de Core i9-9900K ainsi qu’avec le Core i7-7700K, les trois systèmes étant alimentés par un Nvidia RTX 2080Ti. Les améliorations du gameplay de génération en génération vont de 10 à 33%, avec un montage vidéo 4K 18% plus rapide. Par rapport au Core i7-7700K, les performances ont été améliorées de 37 à 81%, avec une augmentation de 35% pour le montage vidéo.

Les Intel Comet Lake-S viennent ferrailler avec les Ryzen 9 d'AMD

Intel a auto-évalué les performances de Comet Lake. (Crédit : Intel)

La décision d’Intel de pousser les fréquences à travers un nombre limité de cœurs se fonde sur ses propres recherches. « 95% des systèmes qui se connectent à Steam, d’après nos recherches internes, utilisent six cœurs ou moins », développe M. Guttridge. « C’est donc une base relativement importante d’un nombre de noyaux relativement restreint, quelle que soit la définition que l’on donne à cela. Donc la fréquence de ces six noyaux critiques est un facteur énorme pour la performance ».

Focus sur l’overclocking du Comet Lake S

L’une des caractéristiques les plus intéressantes des puces Comet Lake pour ordinateurs de bureau est la possibilité de désactiver l’hyperthreading par noyau, ce qu’Intel ou AMD n’ont pas prévu ailleurs. Pourquoi faire cela, surtout quand les puces de bureau de 9e génération d’Intel n’avaient pas de telles fonctionnalités ? Intel, via M. Guttridge, évoque des raisons de contrôle : en permettant de désactiver l’hyperthreading sur des cœurs qui ne sont pas utilisés, on obtient un contrôle plus fin et moins de chaleur générée par le processeur. Et donc une capacité à rester en mode turbo plus longtemps.

Deuxièmement, Intel va permettre aux utilisateurs d’overclocker les voies PCIe hors du CPU (l’interface PEG) ainsi que l’interface DMI 3.0 entre le CPU et le chipset. L’overclocking du bus PEG permettra un meilleur débit vers et depuis les appareils de niveau système comme les cartes graphiques. L’overclocking de la DMI peut améliorer les performances en cas de charge importante, a ajouté un porte-parole d’Intel. Cependant, l’overclocking PEG et DMI est considéré comme une fonctionnalité optionnelle, et variera selon les cartes.

Le contrôle de l’hyperthreading intégré au BIOS

Intel fournira ce qu’elle appelle des contrôles améliorés des courbes de tension et de fréquence. L’entreprise va également rafraîchir son utilitaire Extreme Tuning (XTU) pour tirer parti des « nouvelles fonctionnalités », mais pas du basculement de l’hyperthreading par cœur. Un porte-parole a déclaré que le commutateur sera exposé dans le BIOS si l’overclocking est activé. Des fonctionnalités comme l’hyperthreading par cœur seront fournies aux outils système des fabricants de cartes et de systèmes.

« Le contrôle de l’hyperthreading par cœur est exposé dans le BIOS, car ce changement n’est pas possible à la volée dans Windows/XTU », selon un porte-parole d’Intel. « L’overclocking PEG/DMI est exposé à travers le BIOS car il est spécifique à la carte mère. Chaque partenaire de la carte mère sélectionne de manière unique son propre fournisseur de générateur d’horloge discret et ses numéros de pièces ». Alors que les contrôles de tension sont exposés au XTU, il est conseillé aux overclockers de vérifier auprès du fournisseur de la carte mère s’ils offrent leur propre interface logicielle d’overclocking pour le contrôle du PEG/DMI.

Les Intel Comet Lake-S viennent ferrailler avec les Ryzen 9 d'AMD

Intel a aminci la puce du Comet Lake, en ajoutant plus de cuivre pour faciliter le refroidissement. (Crédit : Intel)

La conception du Comet Lake comprend également une matrice plus fine STIM. Le Z-height du processeur lui-même ne change pas, puisque cela affecterait la façon dont les dissipateurs thermiques et les refroidisseurs s’adapteraient. Ce qu’Intel a fait, cependant, c’est amincir la puce de silicium qui agit comme un isolant thermique, et épaissir le répartiteur thermique intégré (IHS). La réduction est d’environ 300 micromètres, jusqu’à 500 micromètres. Le cuivre supplémentaire devrait aider à faire migrer la chaleur hors de l’unité centrale, lui permettant à nouveau de rester plus longtemps en mode turbo, a déclaré M. Guttridge.

Quatre chipsets accompagnent les Comet Lake S

Malheureusement, le socket LGA 1200 nécessitera une nouvelle carte mère pour ceux qui cherchent à mettre à niveau les pièces de la 9e génération. Intel a donc dévoilé quatre jeux de composants pour supporter Comet Lake, dont la Z490, qui semble être une version optimisée pour Comet Lake de la Z390, et la H470. Intel a révélé que les processeurs B460 et H410 seront également disponibles, vraisemblablement pour des systèmes plus économiques.

Ici, la mise à jour la plus importante est probablement la mémoire. Intel est passé de la DDR4-2666 sur le Z390 à la prise en charge de la DDR4-2933 à deux canaux, avec deux DIMM chacun disponible sur l’un ou l’autre canal. Les fans d’Intel qui envisagent de passer à Ryzen seront déçus d’apprendre qu’Intel est resté sur PCI Express 3.0. Thunderbolt n’est pas mentionné comme option dans la documentation du chipset à laquelle nos confrères ont accédé.

Quid du Z490 ?

Le chipset Z490 semble être l’offre la plus intéressante, avec le plus d’options : seize voies PCIe 3.0 en dehors du CPU (dans des configurations 1×16, 2×8 ou 1×8+2×4) et vingt-quatre autres en dehors du chipset. La même interface DMI 3.0 est utilisée pour connecter le processeur au jeu de puces dans le Z490 et le H470.

Les Intel Comet Lake-S viennent ferrailler avec les Ryzen 9 d'AMD

Le Z490 d’Intel semble être l’option de premier choix pour le chipset avec Comet Lake. (Crédit : Intel)

Les fabricants de cartes mères qui conçoivent les cartes Z490 ont également le choix entre six ports USB 3.2 Gen2x1, dix ports USB 3.2 Gen 1×1 ou quatorze ports USB 2.0. Il existe aussi six ports SATA 6 Gbps. Parmi les autres caractéristiques optionnelles, citons la prise en charge de l’ethernet i219-V 2,5G d’Intel et de RapidStorage pour le RAID 0, 1 et 5. Parmi les trois chipsets, le Z490 est le seul à proposer l’overclocking du processeur et de la mémoire en option.

Qu’en est-il du H470 ?

Le H470 ne propose que 1×16 PCIe 3.0 pour le CPU et 20 autres pour le chipset. Dans le H470, les fabricants de cartes peuvent choisir entre quatre ports USB 3.2 Gen 2×1, quatre ports USB 3.2 Gen 1×1 et quatorze ports USB 2.0. Six ports SATA 6 Gbps sont également disponibles, et les systèmes 2.5G Ethernet et RapidStorage RAID d’Intel sont toujours en option.

Les Intel Comet Lake-S viennent ferrailler avec les Ryzen 9 d'AMD

Le prix des cartes H470 est inconnu. (Crédit : Intel)

Et le B460 ?

Comme le H470, le chipset B460 permet d’utiliser seize voies de PCI Express 3.0 à partir du microprocesseur, dans une configuration 1×16. Seize lignes supplémentaires de PCIe 3.0 sont suspendues au jeu de puces. Il y a six ports SATA à 6 Gbps, avec l’option de huit ports USB 3.2 Gen 1×1 ou douze ports USB 2.0.

Les Intel Comet Lake-S viennent ferrailler avec les Ryzen 9 d'AMD

Le chipset B460 d’Intel semble être le plus intéressant financièrement parlant. (Crédit : Intel)

Les trois chipsets, cependant, incluent le WiFi 6 AX201 (CNVio) d’Intel avec Gig+, qui a fait ses débuts en accompagnant Ice Lake. Le WiFi 6 Gig+ augmente la taille des canaux disponibles à 160 MHz, ce qui permet une bande passante totale de 1,68 Gbit/s par seconde. Ils prennent tous en charge Optane Memory, également.

Intel affirme avec audace que ses puces Comet Lake S peuvent surpasser Ryzen, même face aux performances récentes des Ryzen 9. Intel peut-il conserver son avance dans le domaine des jeux vidéo, et ce sans casser le budget des utilisateurs ? La réponse viendra prochainement.



Source link

Besoins de renseignements.

Vous désirez lancer un nouveau projet ou remettre votre site au goût du jour !

Notre équipe vous recontactera dans les plus brefs délais à près la réception de votre message, nous pourrons au mieux répondre à votre demande si vous nous décrivez votre projet le plus précisément possible.

0