fbpx
Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
sa.expert.consult@gmail.com

Technos

Mai 5, 2020 | economie | 0 commentaires


« L’étau se resserre » sur Airbnb à Paris. Dans deux courriers adressés au ministre du Logement, Julien Denormandie, datés du 21 et du 28 avril, l’adjoint en charge du Logement à la maire de Paris, Ian Brossat, exhorte l’État à prendre « toutes ses responsabilités » face aux dérives d’Airbnb pendant la crise sanitaire actuelle. De l’huile sur le feu, de quoi exacerber les tensions entre la mairie et le géant américain

Faute de touristes, des activités illégales

Il y a une « diversification alarmante du profil des personnes et des activités hébergées », écrit Ian Brossat, qui rapporte que « les signalements ne cessent d’affluer ». L’élu assure qu’en ce moment sur la plate-forme Airbnb « certains loueurs, faute de touristes sans doute, semblent se tourner vers des activités illégales ». 

« Nous avons eu des signalements selon lesquels des propriétaires, faute de touristes, louent leur appartement pour des activités de prostitution et de trafic de drogue », s’alarme l’élu communiste.

« Des traces évidentes de fête »

Des allégations qui concordent avec le phénomène de « lockdown parties » rapporté par une équipe de journaliste belge.

« Arriver dans un logement Airbnb que vous avez réservé et tomber nez à nez avec un hôte parfaitement inconnu qui s’enfuit immédiatement : voilà ce qui est arrivé, deux fois de suite à une équipe de la VRT, à Paris », relate le site du groupe audiovisuel public flamand, traduit par Courrier International.

À l’intérieur des appartements, en plus de plusieurs « intrus », les journalistes ont découvert « des traces évidentes de fête », comme ils le montrent dans leur reportage vidéo : tas d’ordures, poubelles pleines, mégots de joints et cigarettes, verre brisé, lits défaits, odeur de fumée.

« Il va y avoir de la casse »

Ces dérives cachent en fait une dégradation des activités d’Airbnb à Paris, premier marché pour la plate-forme californienne. La plate-forme traverse une mauvaise passe et la mairie compte bien en profiter.

« Nous entendons nous saisir de cette opportunité pour reprendre le contrôle », s’engage Ian Brossat dans le JDD du lundi 4 mai. « Il va y avoir de la casse », prévient-il. 

Alors que le logement représente une problématique majeure dans une capitale où le prix de l’immobilier au mètre carré a dépassé les 10 000 euros à l’achat, Ian Brossat poursuit sa lutte contre Airbnb, accusé de soustraire « 30 000 logements » en moyenne à la location dans la capitale. Le site insidebnb recense plus de 51 000 annonces de logements entiers disponibles sur Airbnb à 110 euros la nuit. 

40 enregistrements à la mairie en avril

Mais, la pandémie a affaibli la position du géant américain à Paris. D’après le cabinet AirDNA, les réservations enregistrées se seraient effondrées depuis le début de l’année, chutant de près de 90 % dans certaines zones de Chine. Airbnb considère de son côté qu’il ne reviendra pas avant janvier 2021 à son niveau d’activité de fin 2019.

À Paris, les enregistrements devenus obligatoires en mairie pour tout nouveau logement mis sur Airbnb ont également chuté. En 2019, la Ville enregistrait en moyenne 1 210 déclarations par mois. En février, plus que 872 et les trois premières semaines d’avril : on en comptait seulement 40.
Ces dommages affectent aussi les propriétaires. « Il y a des propriétaires qui louaient leur bien sur Airbnb pour avoir des revenus qui permettent de rembourser les prêts, mais là, ils vont avoir des lacunes » compte tenu de la chute du nombre de touristes, et par ricochet, du manque à gagner financier, relève l’élu communiste.

À lire aussi : Comment certains hôtes Airbnb proposent leurs logements vacants aux soignants pendant la crise

Vers un rachat massif par la Ville ?

Dans ses missives, l’élu s’inquiète aussi de « la multiplication des annonces de meublés touristiques de moyenne durée proposant un bail mobilité », réservés en vertu de la loi Elan aux personnes « en formation professionnelle, études supérieures, contrat d’apprentissage, stage », entre autres.
Or, problème :

« Personne ne vérifie que les logements en bail mobilité sont bien loués aux catégories ciblées et qu’ils respectent la loi sur l’encadrement des loyers », explique Ian Brossat, qui demande à l’État de condamner cette « double infraction ». 

« On a par exemple eu le cas d’une chambre de bonne de 10 m2, louée à 1 000 euros ! Ce qui fait 100 euros du mètre carré contre 30 euros » en temps normal, s’insurge Ian Brossat.

L’adjoint au Logement estime qu’une des pistes à l’avenir serait pour la future Foncière, annoncée par Anne Hidalgo lors de la campagne des municipales, d’acheter certains de ces logements aujourd’hui consacrés à faire de la location via Airbnb. « Ça concerne des centaines d’appartements à Paris », révèle-t-il. L’actuelle maire de Paris avait également prévu un référendum sur le sujet pendant la campagne des municipales interrompues. 

« Airbnb partout, logement nulle part »

Les lettres de l’élu font échos à une missive adressée elle-aussi au ministre du Logement datée, cette fois, du 30 mars et signée « collégialement » par une vingtaine de collectifs citoyens, entre autres Paris Vs Bnb et le Droit au logement (DAL) qui revendique le slogan parisien « Airbnb partout, logement nulle part »

Airbnb, déjà sous les tirs croisés des autorités locales, des collectifs de riverains et des associations de lutte pour le logement, devrait avoir du mal à se remettre de la crise. En moins de deux semaines, l’entreprise a levé deux milliards de dollars pour faire face à la chute spectaculaire de ses revenus. 

Sources : AFP et JDD





Source link

Besoins de renseignements.

Vous désirez lancer un nouveau projet ou remettre votre site au goût du jour !

Notre équipe vous recontactera dans les plus brefs délais à près la réception de votre message, nous pourrons au mieux répondre à votre demande si vous nous décrivez votre projet le plus précisément possible.

0