fbpx
Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
sa.expert.consult@gmail.com

Technos

Mai 25, 2020 | economie | 0 commentaires



La 5G a-t-elle encore un sens dans « le monde d’après » ? Cette question souvent mise en avant par certaines associations militantes, un nouvel acteur se la pose aussi. Dans une tribune publiée par le Figaro, le P.-D. G. du groupe Bouygues en personne plaide pour un report des enchères d’attribution des fréquences 5G.

Pour lui, la France n’est tout d’abord pas du tout en retard sur le déploiement de la 5G : « les smartphones qui permettront d’utiliser complètement les capacités de la 5G ne vont arriver sur le marché que très progressivement, explique Martin Bouygues. Pour le grand public, les usages potentiels véritablement innovants n’arriveront pas avant 2023 ou 2024 ». Constatons malgré tout que l’Hexagone est à la traîne par rapport à d’autres pays dans le monde, qu’il s’agisse de la Corée du Sud ou dans une moindre mesure les États-Unis.

De la pédagogie face aux thèses complotistes

Second argument de Martin Bouygues : prendre le temps de faire de la pédagogie autour de cette nouvelle technologie. Face à la multiplication des dégradations d’antennes relais et aux thèses complotistes autour de la 5G et du nouveau coronavirus, force est de constater selon lui qu’il faut « prendre quelques mois pour expliquer et entendre, plutôt que passer en force ».

Du point de vue écologique, il est également souvent reproché à la 5G le bond de consommation d’énergie qu’elle provoquerait. « Il faut aussi tenir compte des efforts considérables des opérateurs télécoms pour améliorer l’efficacité énergétique de leurs activités, affirme Martin Bouygues. Mais escamoter le débat public serait une grave erreur s’agissant d’une préoccupation importante de nos concitoyens, notamment des plus jeunes: on ne construit pas la technologie de demain contre la jeunesse ».

Finir de déployer la 4G avant de s’attaquer à la 5G

Enfin, l’argument économique est toutefois au cœur de la tribune du patron du groupe Bouygues : « le monde économique d’aujourd’hui n’est plus du tout le même que celui qui prévalait début mars, lorsque les conditions de l’enchère ont été fixées ». Les ménages ont épargné massivement et il n’est pas certain qu’ils se remettront à dépenser autant qu’avant le confinement. « Et nos concitoyens qui ont souffert de l’absence de réseau pendant cette crise n’ont que faire de la 5G dans les grandes villes, ils veulent la 4G chez eux ! », argumente-t-il.

« On dit que les opérateurs télécoms ont été relativement épargnés par la crise. C’est vrai. Mais peuvent-ils raisonnablement acheter des fréquences dont les prix de base ont été fixés au début de l’année en pleine euphorie économique alors que la croissance pour 2020 s’annonce à – 8 % et que la récession va sans doute durer ? », s’interroge Martin Bouygues. « On ne peut pas faire comme si rien ne s’était passé depuis deux mois. À quoi cela sert-il de disserter longuement sur “le monde d’après” si, à la première occasion et sans se donner le temps de la réflexion, on reprend les habitudes d’avant ? », conclut le  P.-D. G.

Difficile cependant d’imaginer que son appel soit entendu. Les enchères des radiofréquences en France sont prévues pour septembre au plus tard. Au début du mois de mai, la vice-présidente de la Commission européenne Margrethe Verstager avait rappelé à l’ordre les ministres chargés des télécoms de chaque pays de l’Union. Tous doivent respecter les objectifs fixés en 2016, dont celui de commercialiser la 5G dans au moins une grande ville de chaque pays de l’Union avant fin 2020.

Source : Le Figaro





Source link

Besoins de renseignements.

Vous désirez lancer un nouveau projet ou remettre votre site au goût du jour !

Notre équipe vous recontactera dans les plus brefs délais à près la réception de votre message, nous pourrons au mieux répondre à votre demande si vous nous décrivez votre projet le plus précisément possible.

0