fbpx
Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
sa.expert.consult@gmail.com

Technos

Juin 2, 2020 | economie | 0 commentaires



Le sénateur de la Côte d’Or, Alain Houpert, est outré. « Incroyable, ils osent tout », écrit-il sur son fil Twitter, en parlant du gouvernement. Il réagit ainsi à un article publié par le site Wikistrike, qui nous assure que le gouvernement était en train d’installer « en toute illégalité » l’application « COvid-19 » sur les smartphones des Français « sans même leur autorisation préalable ». Un véritable « abus de pouvoir », s’insurge Wikistrike.

Si M. Houpert avait lu 01net.com, il ne serait pas tombé dans le panneau. Wikistrike, qui publie régulièrement de l’infox, confond l’interface de programmation « Exposure Notifications » d’Apple et Google avec l’application StopCovid du gouvernement. La première est installée automatiquement, car elle fait partie du système d’exploitation. Elle permet à certaines applications de contact tracing de fonctionner, mais elle ne sert à rien s’il n’y a pas d’application.

La seconde sera disponible demain et chacun pourra l’installer s’il le souhaite. Par ailleurs, elle n’utilise pas l’interface de programmation « Exposure Notifications ». Bref, tout est faux et déformé dans cet article. Évidemment, une horde de trolls s’est tout de suite engouffrée dans ce mensonge pour faire enfler cette pseudo-polémique.

Mais le sénateur Houpert n’est pas le seul élu à relayer de fausses informations à propos de StopCovid. Dans un discours récent à l’Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon sous-entend que cette application serait capable de siphonner le carnet d’adresses de l’utilisateur. Il implore « ceux qui m’ont dans leur annuaire, leur agenda, leur contact, de retirer mon nom immédiatement si jamais eux prennent pour eux cette application ».

Le député reprend là une rumeur qui circule sur les réseaux sociaux et qui est évidemment fausse. Comme le souligne le hacker Baptiste Robert dans Libération, l’application du gouvernement ne demande que deux droits d’accès : la caméra pour scanner des QR codes, et la localisation pour accéder au Bluetooth.

Là encore, sur ce dernier point, il faut bien faire attention. Certains vont tout de suite en déduire que l’application est capable de géolocaliser les utilisateurs. Or, avoir un droit d’accès à la localisation « ne veut pas dire que l’application accédera à la géolocalisation. En regardant de près le code source, on voit d’ailleurs très bien que StopCovid ne cherche pas accéder au GPS », souligne Baptiste Robert.

D’autres rumeurs vont certainement apparaître ces prochains jours. Le contact tracing sur smartphone est une opportunité en or pour tous les trolls qui veulent créer une panique.





Source link

Besoins de renseignements.

Vous désirez lancer un nouveau projet ou remettre votre site au goût du jour !

Notre équipe vous recontactera dans les plus brefs délais à près la réception de votre message, nous pourrons au mieux répondre à votre demande si vous nous décrivez votre projet le plus précisément possible.

0