fbpx
Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish
sa.expert.consult@gmail.com

Technos

Juin 25, 2020 | economie | 0 commentaires


Lors de la conférence d’ouverture de la WWDC, Tim Cook et ses équipes ont introduit une nouvelle version de macOS (11 Big Sur) et avec elle, Safari 14. Le nouveau navigateur d’Apple apporte une longue série de fonctionnalités et de nouveautés et gagne aussi en vitesse d’affichage des pages Web. Au point d’ailleurs qu’au détour d’une diapositive, on apprenait que Safari chargeait les pages jusqu’à 50% plus vite que Chrome, référence générale en la matière.

A partir de la première bêta de macOS 11 mise à disposition des développeurs, nous avons donc réalisé quelques tests (Jetstream 2, MotionMark 1.1 et Speedometer 2) pour voir si Safari était vraiment plus performant que le navigateur de Google.
Nous avons élargi nos tests à Firefox, autre géant du Web, et complément indispensable du triptyque des navigateurs disponibles sur le marché. Nous n’avons pas inclus Edge, Brave et autre Opera dans notre série de tests pour la simple et bonne raison qu’ils utilisent tous Chromium, la base open source qui anime Chrome, même si chacun de ces projets optimise et améliore les choses selon ses choix stratégiques.

Enfin, pour clore ses propos liminaires, nous avons réalisé nos tests sur le MacBook Pro 13’’ 2020, équipé d’un Core i5 2 GHz et de 16 Go de mémoire vive. La machine avait été remise à zéro et les trois navigateurs étaient les seules applications installées, elles étaient évidemment à jour.

Précisons à toutes fins utiles que ces trois tests ne reviennent pas à mesurer le temps de chargement d’un ensemble de pages, ils sont toutefois un excellent moyen de jauger la rapidité des navigateurs à charger des contenus, à gérer des javascripts, à être réactifs face aux codes des pages à afficher ou encore d’estimer leur capacité à afficher des graphismes complexes.

Si l’infographie ci-dessus ne s’affiche pas, cliquez ici.

Il ressort de nos tests que Safari est systématiquement meilleur que ses deux concurrents. Chrome se classe toujours deuxième de ce petit comparatif, devançant sans problème Firefox.

Avec JetStream, qui mesure principalement la façon dont sont gérés le Javascript et WebAssembly, utilisés pour les applications Web élaborées, le navigateur d’Apple est 13,4% plus rapide que Chrome et 53,7% plus rapide que Firefox.

C’est avec MotionMark, qui met la capacité des navigateurs à gérer des graphismes lourds, que Safari prend le plus l’ascendant sur ses deux concurrents, et de très loin. Il est 83% plus performant que Chrome et… 230% plus rapide que Firefox… L’affaire est entendue.

Enfin, avec Speedometer, qui s’attelle à estimer la réactivité des navigateurs face aux applications Web (notamment en simulant les interactions d’un utilisateur), Safari est 15,6% plus rapide que Chrome et domine Firefox de 25%.

Autrement dit, les 50% de temps de chargement de page Web en moins ne semblent pas une élucubration, une réalité impossible à atteindre, même si tout dépendra effectivement des sites visités. Une chose est certaine, même si pour l’instant, il s’agit d’une bêta (aussi bien macOS que Safari), le navigateur d’Apple semble être la meilleure option pour les impatients du surf sur macOS.

Attendons de voir ce qu’il donnera lors de la bêta publique de macOS 11 Big Sur qui sera disponible en juillet prochain, et bien sûr dans sa version définitive à l’automne prochain.





Source link

Besoins de renseignements.

Vous désirez lancer un nouveau projet ou remettre votre site au goût du jour !

Notre équipe vous recontactera dans les plus brefs délais à près la réception de votre message, nous pourrons au mieux répondre à votre demande si vous nous décrivez votre projet le plus précisément possible.

0